Pracandhasenamukha - La Confraternité

Espace initialement dédié à la communication publique avec la Pracandhasenamukha en charge du relationnel avec les visiteurs du site Internet de l'Archimagistère et ses médias de publications

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Ce forum n'est plus ouvert en écriture et n'est désormais plus administré. Si vous souhaitez y intervenir, veuillez vous rendre à l'adresse du site qui héberge sa nouvelle version, pour vous y inscrire si ce n'est déjà fait:

https://pracandha.org

Ce forum-ci reste disponible en lecture seule pour références et en tant qu'archives.
Merci de votre compréhension.

#1 01-03-2019 17:05:11

Gob Da Khan
Inscrits PISE

Quand j'serais grand.

Bonjour, bonsoir à tous.

Je remet juste ici les poésies déjà posté dans autre sujet afin que tous puisse plus facilement les retrouver.



Titre : Quand j'serais grand.

Un jour, j'ai cherché à comprendre, avec toute mon innocence.
J'voulais apprendre la connaissance,  le bon sens de la décence.
Passionné par toute ces idées, qui gambadaient dans mes pensées.
Avide de pouvoir enfin vivre, plus que l'savoir dans les livres.
Mais l'interdit avais son nid, l'on a calmer mes appétits.
D'la haut, il avait de l’écho, comme un affront dans sa diction  :
Tu comprendra quand t'sera grand ! Tu n'est qu'un si petit enfant.
Tu est trop jeune mon garnement, le temps de tes 20 ans viendra.
N'sois pas si pressé pour cela, reste ignorant, l'monde est trop grand.
Tu fera qu'te casser les dents, t’épuiser en marchant longtemps.
Maintenant sois sage, fais tes d'voir. L'ménage, et reviens plus me voir.
Et là, mon esprit fit un tour, j'crois que j'étais devenu sourd... 
Les tympans violé de mépris, l'esprit pleurant sous ce balourd.
Un ignare au regard trop court, qui ignore les futurs trésors.
Un esprit et cœur étriqué, prisonnier d'amour limité.
Plus hostile aux différences, que sensible aux ressemblances.
Un risible emplit de bile, qui chagrine même le sublime.
Trop sérieux dans son jeux vicieux, dev'nu vieux avant d’être heureux.
Je ne suis qu'à l'aube de ma vie,  et pourtant voilà c'que je me dis.
Non, je ne veux pas de prison, ni d'impuissance, ni d'inconscience.
Non je ne veux pas leurs visions, la réflexion s'ra ma mission.
Moi petit enfant ignorant, en songe pensant, quand je serais grand.

Quand j'serais grand, plus un enfant.
Je serais, l'plus fort des senior.
Je serais, l'plus malin des humains.
Je serais, l'plus sage de mon age.
Quand j'serais grand, j'aiderais mon temps.
Et toi dis moi ?! Tu sera Quoi ?!

Quand j'serais grand, plus un enfant, je vais voyager en liberté.
Devenir un saint vagabond, qui ne répond qu'a sa raison.
D'abord parcourir mon Europe, qui semble rire d’être misanthrope.
Mon vieux continent si bambin, célébrant toujours les vieux jours.
J'foutrais la pétoche au fantoche, pour qu'les revenants aille d'l'avant.
Puis mes envies verront l’Asie, biberon de science et magie.
Sanctuaire d'mystères millénaires, devenu tributaire d'cette ère.
J'remettrais à jour le passé, viendrez au secours des senseïs.
Puis viens l'tour de l’Océanie, paradis d’île qu’oscille d'sursis
Constellation sur l’océan, coulant d'mondialisation...
J'rendrais leurs terres au sœur et frères, plus de nation d'propriétaires.
Volant d’élan voila l’Afrique, famélique nourri d'panique.
Contrée sauvage où traîne la rage, la peur sensée des dictateurs.
J'apaiserais ces lieux de pieux, ferais tomber la pluie des cieux.
Puis un passage en Antarctique, en sage éviter l'mythique.
Rêver d'vant l'onirique figé, pleurer les stigmates climatiques.
J'deviendrais l'ermite chamanique, pour restaurer leurs vrais aspects.
Le temps de l'Amerique du sud, la rude patrie des esprits.
Source de savoir tapie dans l'noir, la ressource de vil guerrilla.
J'rappelerais tout les bannis, pour unifier disparités.
Décor finale l'Amerique nord, et la clique des chasseurs d'trésors.
La conquête du grand ouest en reste, théâtre des figurants fantasques.
J'couperais les fils des futiles, éduquerais les infantiles.
Et après ce dernier effort, je céderais place au renfort.
Le véritable trésor du monde, l'enfance guider hors des sombres songes.

Quand j'serais grand, plus un enfant.
J'serais, le plus fort des senior.
J'serais, le plus malin des humains.
J'serais le plus sage de mon age.
Quand j'serais grand, j'aiderais mon temps.
Et toi dis moi ?! Tu sera Quoi ?!

Quand j'serais grand, plus un enfant, j'userais de science avec conscience.
Dans la recherche de l'innocence, j'rendrais à l’éthique sa logique.
Pour qu'la technique soit idyllique, sans risque d’épidémie d'panique.
J'deviendrais guérisseur sans peur,  médecin agile de ses mains.
Sans fin en mission d'instruction, la remisions des soumissions.
Quand j'serais grand, plus un enfant, j'construrais vers l'ciel moult merveilles.
Des sanctuaires sur chaque mer, Et sur terre des tanières de pierres,
J'ferais de l'air pur à la nature, pour qu'elle redevienne sienne sans peine.
J'suivrais courbe et trait, j'serais l'architecte sans un plan en tête.
Humble artisan servant le temps, bâtisseur à l’écoute du cœur.
Quand j'serais grand, plus un enfant, je vais m’élever, être un pilier.
Je serais un phare pour l'humanité, pour qu'elle cesse d’être apeurée.
J'illuminerais les recoins les plus sombres, pour que les ombres partent en sieste.
J'soulèverais le monde l'air leste, bien éloigner d'la peste des tombes.
Me ferait modèle presque golem, gardien serein d'un chemin sain.
Quand j'serais grand, plus un enfant, je vais créer, imaginer.
Égaler Da Vinci d'génie, être un empirique prolifique.
Le prince bohème des émotions, avide d'compassion,ivre d'passion.
J'vibrerais d'pulsion divine, referait l'hymne des muses joueuses.
Toquée d'idée à chaque levée, j'sèmerais créativité
Quand je serais grand, plus en enfant, j'deviendrais la voix de la voie.
Dans l'choix du vrai respect de soi, pour s'en vêtir comme de la soie.
Je transmettrais autour de moi, tout ces atours de bon aloi.
J'me ferait patriote exilé , pour former des polyglottes.
Sage nomade jamais affable, j'ferais du dialogue un dogme.

Quand j'serais grand, plus un enfant.
J'serais, le plus fort des senior.
J'serais, le plus malin des humains.
J'serais le plus sage de mon age.
Quand j'serais grand, j'aiderais mon temps.
Et toi dis moi ?! Tu sera Quoi ?!




Soyez 108 fois bénis, que la gratitude et la compassion vous accompagnent, je nous aime.

Nicolas.


Gratitude, Compassion. Je sers l'Absolu et c'est ma joie. Ôm.
Gratitude, Compassion. Je sers l'Absolu et c'est ma voie. Ôm.

Hors ligne

Pied de page des forums